Si cet email n’apparaît pas correctement : Version en ligne
 
MERCREDI 4 NOVEMBRE 2015

Assises de l’Economie de la Mer

Refusons une exploitation du milieu marin a

marche forcée

Les 3 et 4 novembre 2015, se déroulent les Assises de l’Economie de la Mer à Marseille réunissant les acteurs politiques et économiques concernés par le monde maritime. La France, qui dispose dorénavant du deuxième domaine maritime au monde, se prend à rêver de l’or bleu et à puiser dans les ressources naturelles des mers et océans pour impulser sa croissance.

Des rendez-vous maritimes au goût amer

Quelques jours avant les Assises de l’Economie de la Mer, les mesures annoncées par le Comité interministériel de la mer (CIMer)[1]du 22 octobre 2015ciblent l’exploitation industrielle du fonds des mers, mais sans disposition concrète en faveur de la préservation d’un milieu marin de meilleure qualité. L’absence de la ministre de l’Environnement à ces deux évènements maritimes est révélatrice de l’ambition de la France concernant la protection de son domaine maritime.

Le développement de l’économie bleue doit être encadré

Pour FNE, le développement de l’économie bleue doit être pensé de manière responsable avec un cadre réglementaire équilibré : une aquaculture durable dans le respect de l'environnement et la sécurité sanitaire des consommateurs, une exploitation des fonds marins dotée de moyens de surveillance performants, des aménagements portuaires réduisant l’artificialisation des milieux naturels et les pollutions… FNE rappelle que l’étendue de l’impact des activités humaines qui s’exercent sur les milieux marins reste encore largement méconnue, alors même que les impacts du réchauffement climatique rendent les mers et les océans plus vulnérables. S’il est vrai que l’économie maritime française est un poids lourd de l’économie française, les investissements de recherche, de protection et de valorisation des ressources génétiques marines sont exsangues.

Pour Elodie Martinie-Cousty, responsable politique du réseau Océans, mers et littoraux de FNE : « Il est urgent d’anticiper les conflits d’usage pour favoriser le partage intelligent et la gestion intégrée de nos espaces maritimes. Les activités humaines ne pourront pas se développer durablement dans un environnement dégradé et notamment l’aquaculture et l’algoculture. La préservation du milieu et son financement doivent donc être la clef de voûte de la politique maritime française. ».

Les énergies marines renouvelables à la traîne

La France doit rattraper son retard, proportionnellement à son potentiel, par rapport aux autres pays européens et faire des énergies marines renouvelables, grands absents duCIMer, l’une des clefs d’un nouveau modèle de production d’énergie, capables de résister aux incertitudes économiques, climatiques et locales. Aujourd’hui, les projets d’énergies marines renouvelables arrivent au compte-goutte. FNE demande que la France dispose d’une véritable stratégie nationale de planification des projets maritimesdont ceux d’énergie marine renouvelable.

Les bateaux de croisière : Un « régime d’exception » polluant

Annoncées aux Assises de l’Economie de la Mer, comme étant les nouveaux relais de croissance pour les ports français, les croisières ont le vent en poupe ! FNE et l’ONG allemande NABU avaient déjà dénoncé dans leur récente étude portant sur les navires de croisière, les impacts sanitaires et environnementaux générés par les navires avec une teneur en soufre des carburants maritimes plus de 3 000 fois supérieure à celle des carburants utilisés par les voitures et les camions. La pollution par les particules fines multiplie par 20 la pollution du cœur d’une ville comme Marseille, ville-hôte des Assises ! FNE demande la transposition de la directive européenne sur les émissions atmosphériques des navires conformément aux engagements de la loi de transition énergétique, l’obligation de systèmes d’élimination des particules sur tous les navires et l’adoption de taxes portuaires appliquées aux navires à leur entrée au port.

Pour Denez L’Hostis, président de FNE : « Nous nous réjouissons que le gouvernement veuille se saisir enfin de ses atouts maritimes, mais dans quelles conditions ? La France contrôle désormais la plus grande zone économique exclusive après les États-Unis. Elle doit se doter de moyens suffisants en termes de surveillance et de gestion. La politique maritime reste encore trop sectorisée et à courte vue. La protection des milieux marins doit en être la base transversale et prospective.»

France Nature Environnement (FNE) s’interroge sur les choix d’investissement qui semblent poussés par le gouvernement français : un eldorado financier provisoire mais pour quel bouleversement écologique, social et économique ? La « croissance bleue » pour être « durable » doit être impérativement orientée vers l’atteinte du bon état écologique des eaux marines et au maintien de la biodiversité et des écosystèmes marins.

 

France Nature Environnement est la fédération française des associations de protection de la nature et de l'environnement. C'est la porte-parole d'un mouvement de 3000 associations, regroupées au sein de 80 organisations adhérentes, présentes sur tout le territoire français, en métropole et outre-mer. Retrouvez-nous sur fne.asso.fr, Facebook et Twitter (@FNEasso).

 

 

[1]Le CIMer, institué par le décret n° 95-1232 du 22 novembre 1995, est chargé de délibérer sur la politique du Gouvernement dans le domaine de la mer sous ses divers aspects nationaux et internationaux et de fixer les orientations gouvernementales dans tous les domaines de l’activité maritime.

Contacts presse :
Julie Michalski, chargée de mission du réseau Océans, mers et littoraux, 06 37 61 51 75
France Nature Environnement est la fédération française des associations de protection de la nature et de l´environnement. C´est la porte-parole d´un mouvement de 3000 associations, regroupées au sein de 80 organisations adhérentes, présentes sur tout le territoire français, en métropole et outre-mer. France Nature Environnement, partout où la nature a besoin de nous. www.fne.asso.fr
Attention cet e-mail est envoyé automatiquement. Pour toute question sur nos services, veuillez ne pas répondre à ce mail mais utiliser le lien contactez-nous de notre site. Pour limiter l'envoi de communiqué à certaines thématiques, veuillez suivre ce lien choix communiqué. Pour vous désinscrire : suivez ce lien désinscription liste. Pour accéder à vos données personnelles : cliquez sur ce lien mes données personnelles
Les informations personnelles font l’objet d’un traitement informatique et sont destinées au secrétariat de FNE. En application des articles 39 et suivants de la loi du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent. Si vous souhaitez exercer ce droit, veuillez vous adresser à Contact FNE ou écrivez-nous à : France Nature Environnement, 81-83 boulevard Port-Royal, 75013 PARIS
Avant d'imprimer cet e-mail, réfléchissons à l'impact sur l'environnement.