Si cet email n’apparaît pas correctement : Version en ligne

FNE

Lettre du président N° 86

NOTRE DAME DES LANDES : NON, HAUT ET FORT

Mots-clés : Aéroport Notre Dame des Landes

Chères Présidentes, chers Présidents, cher(e)s ami(e)s,

Lors de sa dernière Assemblée Générale, FNE a adopté une motion pour réaffirmer son opposition à Notre Dame des Landes (voir ici)

Ce projet est pour nous un projet très ancien qui ne répond plus aux enjeux actuels post COP 21, dans une stratégie bas carbone, un exemple criant d’études d’impacts et expertises lacunaires. Il incarne l’absence de dialogue et de démocratie tant au niveau local, national qu’européen, représente un ensemble de promesses non tenues (comme celle de François Hollande disant ne pas vouloir lancer les travaux avant épuisement des voies de recours), mais aussi et surtout, maintenant, un dramatique bricolage d’ordonnance et de référendum local très régressif du point de vue de la démocratie environnementale (voir les raisons de notre opposition ici).

Pour FNE, le référendum qui aura lieu le 26 juin est une manipulation démocratique qui, n’étant pas légitime, ne permettra absolument pas de sortir du blocage. 

Il est bien trop binaire sur un dossier qui demande au contraire des évaluations en toute transparence et l’étude de solutions alternatives, comme c’est le cas sur de nombreux grands ou moins grands projets inutiles.

Il ne prend pas en compte les préconisations de la Commission Richard sur le dialogue environnemental, mise en place au lendemain du décès de Remi Fraisse sur le site du projet de barrage de Sivens. Il ne tient pas compte de l'expertise demandée par Ségolène Royal qui a conclu -en autres aspects- au caractère surdimensionné du projet.

Le périmètre de consultation prévu est incohérent et beaucoup trop étriqué, l’information a été à la fois beaucoup trop tardive et incomplète, aucune alternative n’est réellement examinée et enfin, il a lieu alors que plusieurs recours juridiques sont encore en cours.

Ce processus a d’ailleurs été imposé contre l’avis des instances consultatives et nous émettons les plus grands doutes quant aux conditions d’information de la population appelée à voter.

Comme vous le savez, FNE s’est toujours opposée à la tenue de ce référendum et continue de le dénoncer. Mais il va falloir aujourd’hui mettre toute notre énergie et se mobiliser en faveur du NON pour éviter à tous prix un plébiscite autour du projet.

Pourquoi et comment se mobiliser?

Pourquoi appeler à voter « non » alors que nous ne reconnaissons pas la légitimité de ce plébiscite ? Parce-que nous sommes pragmatiques : si le « oui gagne », le Gouvernement lancera les travaux et détruira la zone humide concernée avant même le résultat des recours. Par ailleurs, l’évacuation de la ZAD pourrait avoir des conséquences dramatiques. Et enfin, le succès du « oui » conforterait le gouvernement dans sa manipulation.

Pour toutes ces raisons, il est important que chacun se mobilise pour mettre en échec ce simulacre de consultation et je compte sur vous pour grossir les rangs de la mobilisation.

Vous pouvez évoquer ce dossier chaque fois que l’occasion se présente lors de vos différentes rencontres officielles ou avec les médias, mais aussi reprendre notre plaidoyer élaboré avec FNE Pays de Loire et Bretagne Vivante que nous allons mettre en forme avec des infographies dédiées et relayer la campagne que nous mettons en place sur les réseaux sociaux.

Il nous faut montrer l’hypocrisie du Gouvernement qui a choisi un périmètre de consultation uniquement sur la base d’un sondage montrant que ce n’est qu’à l’échelle départementale que le « oui » gagnerait. En relayant nos messages, vous pouvez ainsi montrer que si le référendum avait eu lieu à l’échelle nationale, le projet serait rejeté.

Enfin, je vous donne toutes et tous rendez-vous les  9 et 10 juillet sur le site de Notre Dame des Landes pour redire, une fois de plus, haut et fort notre opposition à ce projet.

Comptant sur votre mobilisation

Bien à vous,

Denez L’Hostis – président de FNE