Si cet email n’apparaît pas correctement : Version en ligne

FNE

CONSULTATION DU PUBLIC SUR LE PROJET DE PNA SUR LE LOUP ET LES ACTIVITÉS D'ÉLEVAGE, ET LES PROJETS D'ARRÊTÉS FIXANT LES CONDITIONS DE DESTRUCTION DU LOUP ET LE NOMBRE DE SPÉCIMENS QUI POURRONT ÊTRE ABATTUS

 

Aux présidents des associations fédérées et aux correspondants du réseau Biodiversité
Copie aux administrateurs et aux pilotes des réseaux de FNE

Cher-e-s Ami-e-s,

Le ministère de la Transition écologique et solidaire a lancé jusqu’au 29 janvier 2018 une consultation du public sur la gestion de la présence du loup pour les années à venir et sur l’organisation et le nombre de tirs. France Nature Environnement vous invite à y participer nombreux pour dire votre opposition aux mesures inacceptables proposées qui n’ouvrent pas la voie à la coexistence entre le prédateur et les activités humaines. Nous vous invitons également à relayer cet appel auprès de vos associations et adhérents.

Sur quoi porte cette consultation ?

Elle porte sur le projet de plan d’action national sur le loup et les activités d’élevage qui fixe les axes d’actions que l’État mettra en place d’ici 2023. Son contenu est donc déterminant car il définit les mesures qui seront mises en place pour la gestion de la présence du loup vis-à-vis de l’élevage et sur deux projets d’arrêtés : celui qui fixe les conditions pour l’autorisation de tirs du loup et celui qui fixe le nombre de loups dont la destruction pourra être annuellement autorisée.

Pourquoi est-il nécessaire de s'exprimer ?

Plusieurs instances scientifiques saisies par l’État ont indiqué que la gestion du loup basée uniquement sur les tirs de destruction n’apporte pas de solution pérenne pour réduire les attaques sur les troupeaux. La justice a quant à elle annulé des dispositions réglementaires qui dévoyaient les tirs d’un objectif de protection contre la prédation vers une politique de régulation.

Malgré ces éclairages, avec ces projets de plan d’action et d’arrêtés, l’État montre qu’il est dans une position défensive, et au lieu d’assumer un objectif de coexistence, va jusqu’à accepter les demandes des organisations professionnelles agricoles qui sortent du cadre légal et juridique. L’État n’a ni le courage de rappeler le cadre de la loi, ni celui d’affirmer qu’il est nécessaire que l’élevage s’adapte à la présence de cette espèce protégée. C’est pourquoi les orientations du Plan d’actions national sont déséquilibrées, et les dispositions des projets d’arrêtés non acceptables.

Il est essentiel de marquer l'opposition à ces mesures par une participation forte à cette consultation.

Comment faire pour dire votre désaccord ?

Jusqu'au 29 janvier 2018, rendez-vous sur la page du Ministère dédiée à la consultation sur le plan d’actions national pour le loup et les activités d’élevage et sur la page consacrée aux projets d’arrêtés organisant les tirs.

Une fois sur ces pages, vous pouvez exprimer votre avis en laissant un commentaire. Ci-après, vous pourrez trouver quelques arguments que nous défendons : vous pouvez vous en inspirer, mais attention, les copier-coller identiques sont considérés comme une seule et même réponse : il est plus utile de personnaliser votre réponse. Merci d'avance de votre démarche en faveur du loup et n’oubliez pas de faire largement circuler cet appel à mobilisation.

Quelques éléments de réponse

Vous trouverez des éléments de réponse à la fois sur le projet de PNA et sur les deux projets d'arrêtés sur notre site Internet ou à partir de ce lien.

Nous restons bien évidemment à votre disposition en cas de besoin,

En espérant que vous serez nombreux à vous mobiliser,

Bien cordialement,

Pour Jean-David ABEL, vice-président en charge de la Biodiversité

Stéphanie MORELLE
CHARGEÉE DE MISSION AU RESEAU BIODIVERSITE
8, RUE ADÈLE RITON - 67000 STRASBOURG
Tél : 03 88 32 91 14 - www.fne.asso.fr
Retrouvez-nous sur notre site web, Facebook et Twitter