Loin des polémiques, seule la science doit décider de la gestion du loup